Mezzanine

J’ai peu de place au sol chez moi, mais étant sous les toits, j’ai un plafond en triangle de 1m60 de haut jusqu’à 3m60. Je me suis donc décidé à construire une mezzanine pour avoir de la surface utile supplémentaire moyennant pas mal de planification et un peu de bricolage.

Situation

Voici une modélisation 3D de la pièce principale de l’appartement, avec les différents éléments auxquels il faut faire attention. Cette modélisation a été faite après la construction de la mezzanine.

Parmi les éléments bloquants, on peut notamment citer :

  • Les portes, dont l’ouverture est représentée en marron transparent
  • L’encadrement de la porte d’entrée, en vert
  • Une étagère, en noir
  • Un porte-manteau, en bleu-canard, derrière la porte d’entrée
  • Une boîte aux fusibles, en cyan
  • Une boîte pour le volet roulant, en gris foncé

Il y a quelques autres éléments, comme la sonnette d’appartement, mais qui peuvent être marginalement déplacés si nécessaire.

Une contrainte supplémentaire est de ne pas toucher à l’intégrité de l’appartement, ce qui interdit tout perçage de mur.

Planification

La planification de la mezzanine a pris plusieurs jours, voire semaines, répartis sur six mois. L’essentiel du travail a finalement été fait entre le monde réel pour mesurer et re-mesurer toutes les cotes, et le monde numérique pour les saisir. Ah, et puis vérifier d’autres mesures depuis le monde numérique vers le monde réel pour s’assurer que tout est bien modélisé.

L’ensemble a été fait avec des projections 2D avec Inkscape (comme pour mes découpes laser!), car ce n’est pas grand-chose de plus qu’une grosse table avec des pieds longs, finalement. Le plus important est que le plateau de la mezzanine soit bloqué en translation dans toutes les directions, pour éviter que tout se casse la figure trop facilement.

Après de nombreux designs différents, et après de nombreuses modifications en fonction des éléments disponibles pour avoir tous les éléments livrés à domicile par un unique fournisseur, ce qui est possible de monter dans l’escalier de l’immeuble, je suis arrivé au plan suivant :

Toute la partie colorée correspond à la mezzanine, vue de dessus. Les translations à droite sont bloquées par le mur, celles vers le haut par le petit bras au-dessus de la porte de cuisine à 45°, celles vers la gauche par ce même bras, et un appui de 1.5cm contre le coin de mur qui ressort en bas à gauche. Ce même coin bloque les translations vers le bas. Le système est statique, et a peu de marges de tolérance pour la construction, tant pour être stable en poussant sur les murs que pour laisser la place aux différentes portes pour s’ouvrir. Et laisser les humains passer sans avoir un montant de mezzanine au milieu du chemin ou devant traverser du mobilier.

L’énigme principale correspond à la résistance à la charge de l’ensemble. Les poutres choisies sont en lamellé-collé. Il paraît que c’est fantastique, avec des performances de résistances jusqu’à 80% supérieures à une poutre de bois classique. Normalement, ça devrait tenir. 😅

Un autre paramètre important est le temps de construction. Il est souhaitable d’éviter d’avoir un lot de poutres de 3m au travers du salon autant que possible. En effet, l’idée est de gagner de la place, pas d’en perdre en stockant du bois pendant des semaines dans le salon.

J’ai donc fait des guides de découpe et perçage étape par étape, pour pouvoir monter le tout le plus vite possible, minimisant au maximum de devoir consulter les cotes sur le plan à chaque opération. Voici un exemple de telle guide de découpe et perçage, résumant tout ce qui est nécessaire pour cette étape :

La construction

Tout est planifié, il est temps de finaliser la commande tant de matière première que d’outillage. Et c’est quelques jours plus tard que la livraison arrive.

Après des heures de découpes (aux plus droites) et de perçages, il n’y a encore rien de monté, mais le gros du travail est fait. Il ne reste globalement plus que de l’assemblage.

Et en parlant d’assemblage, tout se passe comme sur des roulettes : malgré le travail (débutant) et manuel de toutes les découpes et perçages, tout tombe en place correctement. Avec un peu d’aide, on arrive à monter la structure et glisser un premier pied de support. L’ensemble tient ! Les pieds sont rapidement vissés et on a tout de suite une impression d’avancement indéniable :

Le lendemain, c’est donc le moment de finir la pose du plancher, construire l’échelle, et fignoler quelques petits détails esthétiques.

Au final, malgré les toutes les imprécisions de mesure, les tolérances de la découpe, tout rentre juste bien comme prévu sur le plan :

  • Dans le cadre supérieur, le montant est juste assez haut pour affleurer au cadre de la porte d’entrée, tandis qu’il y a la place nécessaire de part et d’autre pour entrer entre le montant de la porte et le porte-manteau.
  • Dans le cadre inférieur gauche, l’épaisseur entre le plancher de la mezzanine et la boîte du volet roulant est de quelques centimètres seulement : l’ensemble ne devait surtout pas être plus haut.
  • Dans le cadre inférieur droit, la largeur des montants est parfaitement adaptée pour être dans le prolongement du mur et entre les charnières de l’armoire.

Module complémentaire : le bureau

Avant même d’avoir commencé à construire la mezzanine, j’avais déjà des projets pour étendre ses fonctionnalités, avec un greffon “bureau”. Pour cela, j’ai décidé d’importer mon plan SVG fait avec Inkscape dans Blender, pour faire un rendu 3D de l’ensemble. Ce n’est à nouveau pas un logiciel de CAD, mais c’est ce que je sais le mieux utiliser.

L’objectif est de réutiliser au maximum le bois qu’il me reste, pour créer le bureau. Je cherche quelque chose qui permette à nouveau de bien rentabiliser l’espace. Il faut prendre en compte qu’il n’est pas possible de mettre un vrai bureau complet, car assis sur une chaise, la tête touche très largement le plafond. Avec ces contraintes, j’arrive donc au design ci-dessous, mais qui présente le gros inconvénient d’avoir de gros efforts mécaniques en rotation au niveau du bord de la mezzanine, d’autant plus quand le bureau est chargé :

J’ai donc décidé d’ajouter des filins d’acier, attachés à des crochets dans les solives de la charpente.

Il ne reste qu’à couper les bouts qui dépassent, et c’est fini ! Par contre à l’usage, il y a deux problèmes majeurs qui apparaissent, tous deux liés au support :

  • le support des pieds et des jambes : puisqu’elles pendent, ça devient assez vite désagréable, d’autant plus que la circulation sanguine est diminuée par l’angle du bord de la mezzanine.
  • le support du dos : il est totalement inexistant, et serait bienvenu pour pouvoir en avoir une utilisation prolongée ergonomique.

Le support du dos n’est qu’un problème d’adapter un siège avec dossier, enlevant les pieds pour être à même le sol. Pour ce qui est du second point, il faut à nouveau bricoler ! Avec comme contrainte cette fois de pouvoir être réglable en hauteur, et totalement rétractable pour éviter de se prendre le repose-pied dans la tête quand quelqu’un marche en dessous. La solution retenue est donc la suivante, facile et efficace :